10.9 C
Los Angeles
mardi, décembre 6, 2022

L’influence des pays voisins pèsent sur la traçabilité des minerais au Nord-Kivu !

A LA UNEL’influence des pays voisins pèsent sur la traçabilité des minerais au Nord-Kivu !

L’analyse du contexte de la production à l’exportation des substances minérales de la filière stannifère a été faite dans un atelier d’échange de toutes les parties prenantes à Goma. Les membres de : « services des mines, coopératives minières, la société civile minière, négociants et la FEC/N-K », sont passés au peigne fin des défis observés dans le secteur minier artisanal en Province du Nord-Kivu.

Cette grande réunion de réflexion sur les stratégies de valorisation des minerais produits sur toute l’étendue de la province a été organisée par le « Conseil présidentiel de veille stratégique », un projet de la présidence qui fait le suivi des engagements tenus par le Président de la République dans le secteur minier et pétrolier.

Prenant la parole comme un des responsables des services de l’Etat travaillant dans le secteur minier artisanal, l’Ingénieur Thomas Idolwa Tshomba, Directeur Provincial de SAEMAPE/Nord-Kivu indique que, « l’influence des pays voisins pèsent sur la traçabilité des minerais au Nord-Kivu. »

Bien que la situation soit signalée sur toute l’étendue de la province, ajoute-t-il, dans le Grand Nord se trouvent des coopératives qui fonctionnent malheureusement d’une manière illégale.

Dans ce coin, « l’Or constitue le véritable problème de la traçabilité minière », explique avec un ton de déception, Jamal Useni, membre de la société civile minière. Ce dernier ranconte également que, « l’Or qui s’exploite dans les territoires de BENI, Lubero, (grand-nord) n’a jamais été tracé par les services étatiques. Suite à la fraude minière qui y prend de l’ampleur, orchestrée par la présence des ADF-Nalu, qui, malheureusement, collaborent avec des nationaux qui vont vendre la matière en Uganda. Et par miracle l’Uganda devient un grand exportateur de l’or en Afrique », regrette Jamal Useni qui raconte curieusement que, parmi les minerais que la RDC possède en masse, mais qui s’exportent difficilement c’est l’Or ; l’année passée le Nord-Kivu n’a exporté que 0,044kgs.

C’est par manque d’un esprit patriotique que ces congolais fournissent les minerais par fraude aux sujets étrangers. La sécurisation des provinces de l’Est demeure le grand défi pour arriver à endiguer la fraude  minière  dans ce coin de la République Démocratique du Congo, conclut Jamal. 

Lutter contre la fraude minière!

Le Conseil Présidentiel de Veille Stratégique, « CPVS » veut militer pour la valorisation des minerais congolais, selon la volonté du Chef de l’Etat qui souhaite premièrement que, « les minerais congolais bénéficient d’abord aux congolais », déclare dans son mot de circonstance, Buendwa Ntale J, Chef dudit Projet. C’est pourquoi d’ailleurs, cette structure est créée par l’Ordonnance Présidentielle ; avec comme mission principale de faire le suivi et l’évaluation des activités minières à travers un cadre de concertation ou d’échanges entre les parties prenantes.

Pour en arriver, plusieurs activités sont déjà envisagées. La mise en place d’un registre national des sociétés coopératives, l’actualisation de la cartographie des sites miniers se trouvant à l’est du pays.

Tout simplement, cette cartographie doit être numérisée pour avoir la précision sur tous les sites miniers qui sont en exploitation, afin de savoir la quantité et la qualité des minerais qui y sont exploités.

Pour Jamal Useni, la plus grande action qui pourra contribuer à la lutte contre la fraude minière pour la  valorisation des minerais de notre pays, c’est l’installation des fonderies ou raffineries dans les chefs-lieux des provinces sans lesquelles les pays voisins seront toujours  bénéficiers de nos minerais. Car depuis l’installation d’une fonderie à Kigali, l’or  n’est plus légalement exporté dans les provinces de l’est.

Parmi les objectifs du Conseil Présidentiel Stratégique, l’installation des  raffineries  pour le traitement local des matières premières dans le but d’exporter les matières premières avec une valeur ajoutée. De cette matière, le secteur minier pourra contribuer à gonfler les recettes du Trésor Public, explique,  Me. Eloi Bundibulya Bugoye, consultant juridique  dudit projet.

Cosmas Mungazi

Check out our other content

Check out other tags:

Most Popular Articles