Goma : L’investigation pour un état de droit

0
L'investigation pour un état de droit.
Les journalistes de Goma en pleine formation

Ils sont une bonne dizaine des journalistes qui ont  participé à la formation sur les médias pour la construction d’un État de droits, ce 25 Mai 2018 à Goma. Cette formation a été coorganisée par ACAJ et internews, organisation Américaine qui soutient les médias à travers le monde.

Une vingtaine des journalistes venus de Bunia, de Bukavu et de Goma ont participé à la formation sur le journalisme d’investigation pour un état de droit. Dans son mot de bienvenu, Me Georges Kapiamba, coordonateur d’ACAJ  remercie toute l’assistance pour la disponibilité, dont le directeur pays d’Internews et le travail abattu par Rozen Kalafulo de Pole FM, point focal chargé de sélectionner les journalistes à cette cérémonie.

« Nous devons nous mettre à jour aux grandes questions pour informer correctement la population en se basant  sur les valeurs démocratiques.  Nous allons nous entretenir aux questions importantes qui sont liées au travail quotidien des journalistes.  Dans le souci qu’un jour qu’on dise  que les journalistes ont contribué à la gouvernance de ce pays », déclare Me Georges Kapiamba. Ce  projet a déjà commencé à Kinshasa, aujourd’hui c’est la prise  de contact avec les journalistes de Goma, puis ça sera le tour de Lubumbashi et Kananga, ajoute Karim, directeur pays d’Internews. Selon lui,  le projet traitera surtout de la corruption, des violations flagrantes des droits humains et du genre.

Un journalisme pour un état de droit

Pour Karim, la création d’un réseau des journalistes d’investigation en RD Congo, constituera une solution aux problèmes qui gangrènent le pays. Grace à Internews, les recherches seront appuyées, mais également, les journalistes bénéficieront des formations importantes dans ce domaine. Parmi lesquelles, la formation sur  la  sécurité digitale.  Dans son exposé, Georges Kapiamba parle des rôles des médias dans un état des droits. Selon lui, depuis 1960 la loi reconnait la RDC  comme un état de droit dans son premier article. Comme état  de droit  son premier attribut  c’est la démocratie.  Car les deux concepts se complètent  parce que l’état de droit est le versant juridique d’un état démocratique. L’état de droit est également  un état de légalité, il doit être attendu comme principe de gouvernance. C’est le refus de l’arbitraire. Cet état est construit sur trois éléments fondamentaux : « liberté humaine, la dignité et la sacralité de l’être ». C’est pourquoi, dans un état de droit, le journaliste n’est pas un spectateur, mais un acteur, qui contribue à la formation d’un état de droit, la seule méthode par le journalisme d’investigation, conclue Georges.

Please follow and like us:

Leave A Reply

Your email address will not be published.

EnglishFrenchSwahili