Goma : l’instabilité du taux de change influence le prix du marché

0

La variation du taux de change est à l’origine d’une crise économique aujourd’hui observée à Goma et dans toute la RDC. Pendant que, la valeur des francs congolais diminue, la devise dollars est passée de 900 FC à 1375 FC depuis un temps.

http://lh3.ggpht.com/-fVv88OS6gUM/TPjndAN-iSI/AAAAAAAAAxI/HQkJdMcLEz8/Francs-congolais.jpg?imgmax=500

Dans les marchés de Goma, ce dernier temps, une mesure d’haricot coute 1100 FC, et pourtant, il y a si peu qu’il se vendait à 700 FC. Et un kilo de pomme de terre qui coutait 300FC se négocie actuellement à 500 FC. Selon les sources de l’association des dépositaires et vendeurs des vivres « ADEVEVI », cette hausse de prix est conséquence de la dévalorisation de la monnaie congolaise qui n’a plus son pouvoir d’achat, face au dollar.

Même les vendeurs de riz ne sont pas épargnés. Une vendeuse dans le marché de BIRERE, « avant les caprices du dollar, je vendais un sac du riz à 17$, depuis la fluctuation du dollar un sac se marchande à 20 $.Il y a une majoration parce que nous prenons de francs congolais à un taux moins cher (1350FC) que nous les vendons pour avoir la devise (1400FC).

Le revenu de ménage affecté

Dans certaines, malgré que l’on travaille quelque part, le revenu n’est plus le même surtout que le salaire est en francs congolais. Comme tous les fonctionnaires de l’Etat touchent leurs salaires en francs congolais ne savent à quel sein se vouer lorsque sur le marché c’est le dollar qui circule.

Contacté un enseignant d’une école que nous taisons le nom, « j’ai un salaire de 100 000 FC, qui était supérieur à 100$, il y a deux années. Avec ce salaire, j’étais à mesure de faire une petite et donner une avance sur la prime de mes enfants. Actuellement, mon salaire de misère équivaut à 74$. Une somme, incapable de subvenir aux besoins de ma famille ».

La BCC s’explique

Contactée la direction provinciale de la banque centrale du Congo à Goma explique pourquoi il y a instabilité du taux de change. Premièrement, il faut reconnaitre que la banque centrale du Congo n’a plus beaucoup de devises. Car le prix des matières premières sur le marché mondial a chuté.

Cette situation fait que, même si la RDC exporte, il n’y aura pas assez de devises qui entreront dans le trésor public. Autre chose, selon le directeur de la BCC/Goma notre économie est extravertie, c’est-à-dire, Nous consommons plus de biens qu’on les produits, car on importe à 60%. Pour pallier à cette grande difficulté, il faut relancer l’outil de production intérieure pour n’est plus dépendre de l’extérieur. Et il faut mettre en place une politique d’autosuffisance comme il est dit en économie politique : « fait moi une bonne politique, je te ferai une bonne économie ».

Seyanga Basabose Blaise, etudiant G1 SIC, UCS/Goma

Please follow and like us:

Leave A Reply

Your email address will not be published.

EnglishFrenchSwahili