Take a fresh look at your lifestyle.

A Goma : Un bord du Lac-Kivu insalubre !

0

Depuis un temps, les femmes viennent se laver et laver leurs habits au bord du lac-Kivu, dans le quartier Kyeshero vers « CCLK », au sud-ouest de Goma en Province du Nord-Kivu. Les jeunes, filles et garçons y fréquentent également pour faire la nage sans distinction de sexe. Ce coin « CCLK » est bien convoité par ces femmes suite à la carence en eau de robinet dans leurs maisons, mais aussi, pour son ouverture très large vers le Lac par l’absence des murs qui bloquent le passage le long de bord du lac en ville de Goma.

Retrouvée sur le lieu, Joséphine M, 29 ans, reconnait que, « les gens s’approvisionnent toujours en eau depuis son jeune âge vers ce coin de la ville ». « Je suis née et grandie au CCLK, depuis ma jeunesse, nous venions toujours au bord du lac pour lessiver et y puiser de l’eau ». Elle reconnait aussi que, la consommation excessive de cette eau fait que beaucoup d’enfants de ce quartier souffre d’une épidémie hydrique appelée choléra. La quarantaine révolue regrette tout de même d’être née dans une famille pauvre qui n’a pas moyen d’avoir de l’eau dans sa parcelle. « La vie est une longue prison pour moi », regrette-t-elle.

Une eau salle, non préparée

La jeune femme de 29 ans reconnait qu’elle vient puiser de l’eau chaque jour à 15h00. Mais regrette tout simplement que, sur la piste qui conduit vers chez-elle, pas de service chargé de plonger le chlore dans l’eau. « On est obligé de consommer cette eau de cette manière. C’est pourquoi presque tout le monde dans la maison souffre de diarrhée chronique ».

Cependant, sa famille restera reconnaissante à l’Hôpital de leur proximité « Aleluya » qui prend en charge les patients présentant les symptômes d’une diarrhée due à la consommation de cette eau. Pour sauver des vies, certaines organisations internationales leur ont données le chlore et les médicaments pour désinfecter l’eau après avoir puisé dans le lac, mais une de boite de conserve a été cassée par des bandits armés non autrement identifiés.

Madame Joséphine n’a pas de choix elle est obligée de consommée cette eau, âgée de 29 ans, mère de 6 enfants, abandonnée par son mari depuis 3 ans, vendeuse de poissons glacés, mais ne veut pas se prostituer pour l’avenir de ses enfants. On l’a trouvée debout sur une pierre au bord du lac, mais pieds nus, habillée en robe longue de la couleur chocolat qui descend jusqu’au cheville.

Les habitants de CCLK se plaignent

Selon certains habitants de ce quartier, la misère est leur quotidien, la vie est désagréable, ils se disent être négligés par les autorités à tous les niveaux. Au quartier Lac-vert, sur l’avenue « CCLK », les habitants de ce quartier souffrent de problème de manque d’eau propre qui est à la base de choléra.
La population de CCLK veut un coup de main de l’état congolais et des ONG nationales comme internationales pour palier à ce problème ; même si l’Etat Congolais interdit de se laver au bord du lac sans proposer une solution palliative. Selon, SIFA DJAMILA, cheffe du quartier explique curieusement que, l’eau du lac est utilisée dans plusieurs activités domestiques dans coin de la ville de Goma comme dans la lessive, la vaisselle, la soif, la préparation de la nourriture, etc.
LAILA KAYUYA et CALEB MAGHETSI

Print Friendly, PDF & Email

Leave A Reply

Your email address will not be published.