Take a fresh look at your lifestyle.

Bunagana/Nord-Kivu: les services douaniers s’engagent à lutter contre le trafic illicite des ressources naturelles de la Faune et Flore sauvages

0

Devant une vingtaine des responsables des differents services douaniers travaillant à Bunagana, Me. Eric Kambale explique l’importance de leur implication dans la lutte contre le trafic illicite des ressources naturelles de la Faune et Flore sauvages.
« Les espèces sauvages se vendent très chères en dehors de nos frontières. Et l’Ouganda est un pays où le marché noir est trop developpé, pendant que la RDC, notre pays est un réservoir mondial des ressources naturelles. Pour empêcher le trafic illicite de nos ressources naturelles, (les ivoires d’éléphants, la peau des léopards et plusieurs autres), vers les pays étrangers, il faut l’implication des services douaniers congolais ».

Pour bien impliquer les responsables des differents services travaillant à ce point frontalier dans cette lutte contre le trafic illicite des ressources naturelles, Alerte Congolaise pour l’Environement et les Droits de l’homme « ACEDH », avec autres organisations partenaires prévoient mener une série d’activités comme cette tribune d’échanges. Afin d’outiller les responsables douaniers pour qu’ils soient capables de d’identifier les problèmes liés au trafic illicite des espèces naturelles de la Faune et Flore sauvages en provenance soit de l’Ouganda ou de la R.D.Congo.

Présent à la tribune d’échanges à Bunagana, Me. Olivier Ndoole, Secrétaire Exécutif de « l’ACEDH » indique que, « la lutte contre le trafic illicite des ressources naturelles de la Faune et Flore Sauvages au niveau des frontières est une activité importante pour la conservation de nos ressources naturelles qui joue également le rôle de la stabilisation non seulement économique, mais aussi sécuritaire du pays. Car les trafiquants illégaux sont souvent à la base de l’instabilité du pays et peut aussi avoir des conséquences néfastes dans la diplomatie et l’investissement de notre pays ».

Une lutte bien soutenue

Dans la lutte contre le trafic illicite des ressources naturelles surtout au niveau des frontières, la collaboration interservices est très capital afin de mettre fin à ce fléau des malfaiteurs.

En termes de contingence comme en termes de riposte, Me. Olivier Ndoole estime que la franche collaboration des services douaniers, la justice et les organisations comme « ACEDH » est importante pour mener cette lutte contre le trafic illicite des ressources.

Mais comme nos frontières sont poreuses, Me. Bruno insiste sur la collaboration non seulement des services douaniers, mais aussi d’autres sources communautaires qui peuvent avoir de l’information sur la traversée des ressources. Car selon lui, les fraudeurs peuvent emprunter d’autres voies sans passer par les frontières.

Le responsable de la police à Bunagana témoigne que, « c’est la première fois que je participe dans une rencontre où l’on parle du trafic illicite des ressources naturelles au niveau des frontières. Il est donc important de soutenir cette initiative pour protéger nos ressources, qui risquent de s’épuiser suite à une exploitation illégale qui profite souvent aux pays étrangers. »

Plusieurs défis ont été soulevés par le service de la quarantaine animale aux frontières lorsque ses agents tombent sur un cas de trafic illicite des espèces naturelles. En donnant l’exemple d’uns importante quantité des serpents venus de l’Ouganda il y a trois ans, mais le propriétaire sans document valable était libéré par trafic d’influences de certaines personnalités en province.

Signalons par ailleurs que, en dehors des organisations de la société civile l’ICCN et son homologue Ougandais (UWA) sont tous impliqués dans la lutte contre le trafic illicite des ressources naturelles de la Faune et Flore sauvages.

Cosmas Mungazi

Print Friendly, PDF & Email

Leave A Reply

Your email address will not be published.