Le petit commerce transfrontalier, une activité entrepreneuriale pour les femmes et les personnes vulnerables

À l’occasion des activités de la deuxième Rencontre d’Affaires au Kivu « Raki », organisée par Kivu Management Cousting Group « KMCG » ; le Ministère Provincial de Commerce a montré dans sa présentation, l’importance du petit commerce transfrontalier dans les échanges commerciaux entre la RDC et les différents pays frontaliers dont le Rwanda et l’Ouganda.
Cependant ce petit commerce transfrontalier en Province du Nord-Kivu est souvent pratiqué par les femmes qui font leurs activités surtout dans le domaine du commerce des produits du cru « les produits vivriers, qui peuvent être consommés sans subir une certaine transformation », déclare Simon Kanduki, agent et cadre au Ministère Provincial du Commerce.

Print Friendly, PDF & Email
0

Selon Simon Kanduki, pour que les petits commerçants transfrontaliers du Nord-Kivu mènent leurs activités en bien, ils se sont regroupés dans des associations et coopératives : « la Plateforme des Associations des Petits Commerçants Transfrontaliers par exemple.»

Pour mettre fin aux difficultés qu’ils traversent au niveau des frontières, les pays membres du « Common Market for Eastern and Southern Africa, « COMESA » ont pris des mesures visant à accompagner les petits commerçants transfrontaliers. Pour les faciliter la traversée de part et d’autres des frontières, en instruisant les officiels en douane d’éviter les harcèlements, tracasseries à leur endroit, mais aussi à tous les voyageurs et surtout en réduisant le nombre de services œuvrant aux frontières.

Toutes ces mesures sont mises en place à l’Est de la R.D.Congo, par le Projet de Facilitation du Commerce dans la Région des Grands Lacs « PFCGL », appuyé par la Banque Mondiale pour vu que le commerce transfrontalier soit : « fluide, rapide », permettant aux petits commerçants d’accéder aux informations sur le flux commercial transfrontalier et les inviter à s’acquitter de leurs devoirs de payement des droits douaniers notamment.

L’apport du gouvernement provincial

Le Gouvernement Provincial Nord-Kivu a institué des structures dans le but de faire le suivi dudit projet. Un Comité technique Provincial de suivi et d’évaluation du Projet de Facilitation du Commerce dans la région des Grands-Lacs a été installé, il est présidé par le Ministre Provincial en charge du Commerce.

Ce comité se réunit trimestriellement en vue d’évaluer l’évolution du projet et tirer des recommandations des aspects spécifiques. Des réunions extraordinaires sont convoquées selon les urgences. A travers le PFCGL, le Gouvernement de la RDC a obtenu un crédit auprès de la Banque Mondiale à travers l’Agence Internationale de Développement « AID » pour son premier volet infrastructures en vue de doter les postes frontières de KASINDI, BUNAGANA et Petite Barrière à GOMA des infrastructures adéquates et adaptées.

Les travaux de construction desdites infrastructures ont bel et bien débuté à l’exception de la Petite Barrière de Goma où la seule entrave pour le début desdits travaux de construction reste l’indemnisation des personnes affectées par ce projet. Une fois que l’indemnisation n’est pas faite la Banque Mondiale risquera d’affecter l’argent alloué à la construction de ces infrastructures à d’autres projets qui peuvent ne pas être en RDC.

Au Niveau des frontières

Aux trois postes frontières précités des comités locaux de facilitation du commerce ont été installés avec comme mission de garantir la sécurité et prioriser les problèmes auxquels sont confrontés les membres des Associations des Commerçants Transfrontalier.

Pour ce qui est des espaces à exproprier, une commission provinciale de suivi de la mise en œuvre de l’indemnisation des personnes affectées par la construction des ouvrages aux postes frontières de Bunagana, Kasindi et Petite Barrière de Goma dans le cadre du « PFCGL » a été instituée. Cette commission a pour responsabilité d’appuyer et accompagner le processus d’indemnisation des personnes affectées par le projet.

Selon Simon Kanduki, « le petit commerce transfrontalier joue un grand rôle dans l’économie de la Province car à lui seul il encadre plus de 7.O33 petits commerçants transfrontaliers essentiellement les femmes et des personnes en situation d’ handicap. Non seulement cette activité fait générer des recettes pour le Trésor public tant du niveau national que provincial mais aussi elle est à la base de la prise en charge des besoins vitaux des nombreux ménages. »
Pour encourager cette activité la Province du Nord-Kivu a revu à la baisse le coût d’acquisition de la patente passé de 22 à 3$ pour cette catégorie de petits commerçants afin que n’importe qui puisse s’en procurer et exercer ainsi légalement ses activités.

Les défis dans le petit commerce transfrontalier

Les petits commerçants transfrontaliers sont actuellement confrontés à des difficultés comme celle liée à la pandémie COVID-19, occasionnant ainsi la fermeture des frontières et obligeant certains d’entre-eux de rester à la maison et consommer leur petit capital.

Avec l’accompagnement du PFGCL et du Gouvernement Provincial, les petits commerçants se sont organisés en conformité avec les mesures de restriction prises suite à la situation sanitaire en faisant les achats groupés, système par lequel les marchandises sont commandées par les associations, selon les filières et amenées par les chauffeurs à partir du Rwanda.

Cependant, ce système connait des difficultés liées à la mauvaise qualité des marchandises fournies car les petits commerçants n’étant pas sur le lieu de la commande des produits. Heureusement, ce système de groupage a permis la hausse des recettes du Trésor Public. Ce qui confirme la thèse selon laquelle le groupage a contribué à la lutte contre la fraude des petits commerçants, explique un agent de la DGDEA qui a exposé avec monsieur Simon le deuxième jour de la Semaine Mondiale de l’entrepreneuriat à Goma.

Pour amoindrir à leurs problèmes, les petits commerçants transfrontaliers sont accompagnés par le « PFCGL » qui les soutient en termes de renforcement des capacités organisationnelles. En leur octroyant certaines dotations telles que les tricycles, qui ont été distribuées aux ACT œuvrant aux postes frontières de BUNAGANA, KASINDI et PETITE BARRIERE, en raison de 5 pour KASINDI, 5 pour BUNAGANA et 10 pour GOMA.

Signalons par ailleurs que, à part le PFCGL, l’ONG Alerte Internationale, à travers son projet « Mpaka Shamba letu, la frontière notre champ, NDLR » octroie des formations aux petits commerçants transfrontaliers essentiellement les femmes pour leur auto prise en charge.
Flambeau de l’Est

Print Friendly, PDF & Email

Leave A Reply

Your email address will not be published.