Faux, Matata Mponyo n’a pas détourné les fonds du Parc Agro Industriel de Bukanga Lonzo

Des rumeurs sur les probables détournements deconstruites dans une conférence.

Selon le professeur Jean Baptiste NTAGOMA, les fonds alloués au projet du Parc Agro Industriel de Bukanga Lonzo n’ont pas été détournés par Matata Mponyo, alors premier ministre et l’initiateur du projet.
Dans une conférence débat organisée à Goma par le Parlement des jeunes, la Dynamique de la Génération Consciente et le Bureau d’étude Congo Challenge de Kinshasa , le Prof. Jean Baptiste présente des preuves qui innocentent son ancien patron, Matata Mponyo Mapon. Après cette conférence la centaine des jeunes qui y ont participé ont été éclairés sur les fausses informations qui circulaient sur les réseaux sociaux et dans certains médias sensationnels, soit disant que les fonds alloués à ce projet seraient détournés par l’ancien premier ministre, le sénateur Matata Mponyo Mapon.

Print Friendly, PDF & Email
Partager sur
0

Une centaine des jeunes venus des tous les quartiers de Goma, de Masisi voire même de la partie Nord de la province (Kasindi) ont participé à cette conférence scientifique purement agricole, le jeudi 03 septembre 2020, avec comme thème: “la R.D.Congo peut-elle se développer avec l’agriculture?”

Pour décortiquer cette thématique du développement durable, deux professeurs bien réputés dans le pays ont été invités comme orateurs du jour, il s’agit du: “Godefroid Kâma Na, chargé des recherches à POLE INSTITUT de Goma et Jean-Baptiste NTAGOMA, ancien membre du cabinet de Matata Mponyo, venu de Kinshasa, qui a développé dans son exposé: “le Projet Agro industriel de Bukanga Lonzo, une réussite ou un fiasco?”

Pour lui, plusieurs sont des éléments qui dédouanent son ancien chef , “Matata Mponyo”, qui pourtant était considéré par l’opinion publique non réflèchie  comme agent causal de la chute du projet Agro Industriel de Bukanga Lonzo. On pouvait lire sur la toile, “Vital Kamerhe emprisonné pour détournement des fonds, Matata Mponyo en liberté, le Président Tshisekedi dans l’ambara.  

Innocence prouvée de Matata Mponyo

Dans le souci de faire avancer le projet dont il est l’initiateur, Matata  Mponyo avait exigé  entre Juillet et Aout 2014 le recrutement d’un cabinet pour auditer “AFRICOM”, cette entreprise Sud-Africaine  qui exécutait les travaux du projet de Bukanga Lonzo.

Déjà en Février 2016, la maison d’audit, “Ernst & Young va déposer un rapport provisoire au Ministère des finances, curieusement, sans la signature d’Africom tout en déclarant que, “Nous n’avons pas obtenu le relevé bancaire d’AFRICOM, afin de vérifier l’exactitude et l’exhaustivité des fonds reçus par le Gouvernement en comparaison avec l’état des dépenses reçu de la Direction du Trésor et de l’Ordonnancement”.  

Pour revendiquer son image pourtant ternie par la diffusion dans les réseaux sociaux du rapport provisoire par le ministère des finances, en Février 2016, Africom réagit. N’ayant pas reçu le feedback du Ministère des Finances, “Ernst & Young” va reprendre l’audit en Mai 2016.

Cette maison d’audit va ainsi produire un deuxième rapport, considéré de final, mais  qui contredit le premier, dans lequel il a été déclaré : “A notre avis, les états financiers annuels sont réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé ainsi que, de la situation financière et du patrimoine de la société à la fin de cet exercice conformément aux régies et méthodes comptables édictées par l’acte conforme de l’OHADA relatif au droit comptable”.

Ce document d’Ernst Young, la maison d’audit a été signé par Mr. Cyprien Bongulumata Lokele, son responsable, le 07 Juillet 2016.

 Les grandes réalisations de Bukanga Lonzo

Le projet du Parc agro industriel de Bukanga Lonzo voulait que la RDC utilise le secteur agricole comme propulseur des autres secteurs. Le professeur Jean Baptiste estime que, “Si on accélère l’agriculture on est à même d’accélérer l’industrialisation du pays”.

 Selon lui, dans la première phase  des travaux, le  parc de Bukanga Lonzo avait fournit sur le marché ( le 31 décembre 2016), une production de la farine, en une année après son lancement, cette quantité avait réussi à stabiliser le prix de la farine de maïs en utilisant un réseau de distribution efficace, éliminant  tout intermédiaire.

Pour rappel, à partir du 15 Février 2017, une unité de production de la farine de maïs, d’une capacité de 50.000 T par jour, était opérationnelle pour servir l’ensemble de la région y compris les petits producteurs, explique le professeur Jean Baptiste.

Réalisations en capital de participation des parties prenantes

Comme il est dit dans les phrases précédentes, le projet de Bukanga Lonzo est une initiative du Gouvernement Congolais, mais c’est la Société Sud-Africaine AFRICOM qui était chargée d’exécuter les travaux.

Dans le partenariat Public-Privé, chaque partie doit verser une somme pour l’exécution des travaux, les détails de quatre étapes réalisées dans le tableau ci-dessous.

Participation de la valeur du capital  AFRICOM Gouvernement de la RDC Totaux  en Dollars
Phase 1 2. 713. 000$ 51. 600 .000$ 54 .313. 000$
Phase 2 77.857 000$        50.180.000$ 128 037 000$
Phase 3 51 033 000$ 30 108 000$ 81.141.000$
Phase 4 –            28 000 000 $ 28 000 000$
Total du Capital         131 603 000$ 159 888 000$ 291 491 000$

 L’agriculture moteur du développement

L’agriculture est parmi les objectifs du développement durable “ODD”, qui a fait des preuves d’avancement dans certains pays du monde comme au Pays-Bas. La R.D.Congo présente toutes les potentialités agricoles: (la végétation, le climat, la saison pluvieuse, les ressources humaines, 90% des terres arables…), pour mener une agriculture performante a déclaré dans cette conférence Arsène Tungali, assistant du Prof. Kamâ Na, deuxième orateur.  Et  ce dernier de lâcher d’une manière surprise: “Même Dieu ne comprend pas pourquoi le Congo est pauvre?” Pour lui, la RDCongo selon ses potentialités agricoles pouvait nourrir toute l’Afrique.  

Sa pauvreté peut s’expliquer par plusieurs problèmes dont le manque de politique agricole, (7 politiques agricoles et 20 programmes) sans impacts visibles sur le terrain. A part l’insécurité, qui profite aux pays voisins dans les milieux où peuvent se pratiquer les activités agricoles, les techniques agricoles au Congo sont encore rudimentaires, car les agriculteurs travaillent manuellement pour une consommation domestique.

C’est pourquoi conclut le professeur Jean Baptiste, il est difficile qu’aujourd’hui la R.D.Congo puisse se développer par son agriculture car le pays importe plus qu’il exporte, de 1961 en 2017.

Cosmas Mungazi Kakola

+243 808 393 439

Print Friendly, PDF & Email
Partager sur

Leave A Reply

Your email address will not be published.

  • STOP EBOLA
  • FLAMBEAU DE L'EST
  • NOUS VOUS OFFRONS UN ESPACE DE PUBLICITE DE QUALITE