Nord-Kivu : les armes qui tuent à Goma seront bientôt ramassées

Cette annonce a été faite ce dimanche 30 aout 2020 par l’honorable député national, Patrick Munyomo lors de sa descente de l’avion à l’Aéroport International de Goma. Il appelle toute sa base à soutenir le ramassage des armes pour la sécurité de la ville.

Print Friendly, PDF & Email
Partager sur
0

Pour l’honorable Patrick,  ce ramassage des armes   qui circulent et tuent dans la ville de Goma  est une action collective, venant  d’abord de la volonté de sa base, qui a longtemps souffert  et  du Gouvernement Central à travers les ministères de l’intérieur et de la défense. Qui soutiennent la vision du chef de l’État  et du gouverneur  de province  dans leur lutte  acharnée de la restauration de l’autorité de l’État sur toute l’étendue du territoire national  sur le plan  général et au  Nord-Kivu en particulier.

C’est pourquoi l’honorable Patrick demande à toute sa base de soutenir cette action qui va diminuer l’insécurité à Goma où il ne passe pas deux jours sans qu’une personne soit tuée par les bandits armés. “D’ailleurs pendant que je vous parle à 19 heures d’hier,  un jeune papa a été assassiné  chez lui  au quartier Mabanga, dans la commune de Karisimbi”, explique-t-il.

 Sa contribution personnelle

Munyomo n’est pas le seul élu de Goma, heureusement pour lui, il a plusieurs actions au bénéfice de la population de cette ville victime d’une insécurité interminable suite à la proximité géographique des camps militaires (Katindo, Munzenze) et la population, qui est à la base de la circulation des armes et des tueries presque quotidienne des populations victimes.

L’élu de Goma déclare qu’il va remettre de ses propres moyens 50 000 dollars américains pour commencer l’opération de ramassage des armes, avant que le gouvernement lui  emboite les pas. Croyant vouloir contredire son collègue député national, Josué Mufula confirme l’insécurité de Goma qui proviendrait des camps militaires se trouvant dans les quartiers où vivent  les populations civiles.

Ce dernier indique dans son interview avec les journalistes toujours  à l’Aéroport que, 60 armes de guerres dont 51 au camp Katindo et 9 au camp Munzenze étaient retrouvées dans les maisons des particuliers, lors du couvre-feu  des autorités militaires il y a si peu.

Tout simplement Mufula craint que l’échange des armes contre  quelques billets de dollars  risque de gratifier les bandits armés qui pourront avoir la possibilité de s’acheter d’autres armes à certains militaires indisciplinés.

  Cosmas Mungazi

 

Print Friendly, PDF & Email
Partager sur

Leave A Reply

Your email address will not be published.

  • STOP EBOLA
  • FLAMBEAU DE L'EST
  • NOUS VOUS OFFRONS UN ESPACE DE PUBLICITE DE QUALITE